Dans un jugement du 4 février 2019, le Tribunal correctionnel de MONTPELLIER a déclaré recevable la constitution de partie civile d’un jeune homme atteint du syndrome Gilles de la Tourette et a déclaré les prévenus coupables de violences aggravées, prenant en compte la maladie comme circonstance aggravante de particulière vulnérabilité.

Un combat de 4 ans.